Sommaire du journal N°138 - Mars/Avril 2017

Chers lecteurs,

Désappointements à Capbreton et à Hossegor. A Capbreton, l’association Les Amis de la Terre-Landes, qui menaçait de saisir le tribunal administratif pour stopper le défrichement de la future zone d’activité économique, a mis sa menace à exécution en introduisant un référé auprès du tribunal administratif de Pau pour annuler l’arrêté préfectoral autorisant le défrichement de la zone. On sait que le tribunal de Pau est l’un des tribunaux administratifs en France les plus sourcilleux en matière d’environnement. Il n’a donc pas manqué de suspendre l’arrêté, dès le 19 janvier, en attendant que le jugement au fond intervienne, c’est-à-dire au bas mot dans plusieurs mois.

Les élus capbretonnais sont furieux de même que les entreprises Leclerc, Joué-Club et Les Briconautes qui attendent depuis longtemps de pouvoir s’agrandir sur la zone en libérant les quelque 2,5 hectares qu’ils occupent en centre-ville. La communauté de communes MACS, qui a pour compétence, depuis fin 2015, le plan d’urbanisme intercommunal, a voté à la quasi-unanimité une délibération autorisant la mise en compatibilité du PLU de Capreton au nom de l’intérêt général. Le maire, Patrick Laclédère, a affirmé que son engagemet à faire aboutir le projet était «aussi fort que celui des opposants à le faire capoter» ! 

 

A Hossegor on n’est pas content non plus. Cette fois c’est la Sepanso (Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest) qui est à la manœuvre. La commune et le Sivom Côte Sud des Landes prévoyaient, après plusieurs reports, de commencer le désensablement du lac après la saison estivale. Ce n’est plus certain après le recours de la Sepanso contre l’arrêté préfectoral du 6 décembre dernier autorisant le dragage du lac et la possibilité d’utiliser le sable pour réengraisser les plages de Capbreton. L’association n’est pas avare d’arguments puisqu’elle a déposé un mémoire de 26 pages allant de la compensation à la destruction d’aires de repos de l’avifaune à la contre-expertise des sédiments en passant par le transfert et la plantation d’herbiers.

 

Une fois n’est pas coutume, la Sepanso a été déboutée à Seignosse. Elle avait demandé au tribunal administratif d’annuler une modification du PLU par laquelle la commune mettait en vente le terrain de 4 ha du Pley pour l’urbaniser en partie. Les magistrats de Pau lui avaient donné raison mais la mairie ayant fait appel la cour administrative d’appel de Bordeaux annulait le jugement de Pau. La Sepanso persistait et décidait d’aller devant le Conseil d’Etat, juridiction suprême, qui jugeait, le 10 février dernier, sa demande irrecevable.

La municipalité est d’autant plus ravie que la vente du terrain permettra de financer en partie l’opération Seignosse 2030 de rénovation du Penon.

 

Saluons l’opiniâtreté de Fernand Mainpin, président de l’Université du temps libre Landes Côte Sud, qui va ouvrir à Soustons le Fab Lab l’Etabli, un espace d’animation culturelle, scientifique et économique, soutenu par la municipalité, la communauté de communes, la Région et l’Europe. On lira les détails de cette belle initiative dans ce journal.

Claude Fouchier

Dernière minute

Côte Sud des Landes

MACS

Capbreton

Soorts-Hossegor

Seignosse

Soustons

Vieux-Boucau

Messanges

Moliets-et-Maâ

Livres

Petites annonces

Accédez aux autres sommaires
Année : Numéro :

Boutique
6 € N°138
Mars/Avril 2017

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous