Côte Sud des Landes - N°148 - Novembre/Décembre 2018

Bonnes feuilles au pied du sapin

Pour les amoureux de belles lettres, un livre est le cadeau parfait à Noël. Pour y ajouter une petite touche locale, voici une sélection d’ouvrages qui rendent hommage à la Côte Sud ou que l’on doit à des auteurs du cru…

 

Pour les nostalgiques du XXe siècle

Onésime Reclus, comme ses frères Elie, Elisée, les plus connus, mais aussi le quatrième de la fratrie, Armand, a toujours eu la passion de la géographie et de l’ethnographie. Et, comme ses frères, il a développé cet intérêt à la lumière de la connaissance des peuples, des usages et des langues, faisant de chacun de ses «voyages scientifiques» de petites merveilles de littérature et de poésie. En 1908, il publie La France à vol d’Oiseau. L’ouvrage comporte deux volumes. Région par région, l’auteur promène le lecteur dans les paysages et les cultures de chaque «pays». Les éditions Le Festin ont sélectionné trois titres correspondant à des territoires de la Nouvelle-Aquitaine : Les Limousins, Les Charentes et Les Landes.

Dans ce dernier, le lecteur est plongé dans l’espace, la steppe et la forêt. La lande, au début du xxe siècle, est encore ce vaste territoire qui s’étend de l’Adour à la Saintonge. Du côté de lOccident, c’est le pays de la Dune et de «l’éternelle chevauchée des vagues de l’Atlantique». Du côté de l’Orient, c’est une étendue plane, infinie, dont on ne perçoit pas le bout. Tel est le cadre du tableau vivant que se propose de dresser Onésime Reclus. «Vivant» car bien vite apparaissent les flèches de la cathédrale de Bordeaux, les collines du Bazadais, les avancées de la Chalosse qui s’érigent en points de fixation, en repère. Les Landes gasconnes sont un grand linge posé à même le sol, qu’il convient de le délimiter avant de l’arpenter. 

Ici tout est mesure et démesure : à l’immensité des espaces répond la modicité des cours d’eaux, tandis que les fortes pluies contribuent à transformer ces zones arides en constellation de marais. Bien sûr, il y a le sable et les pins, mais il y a aussi la steppe, les vents de la galerne et les orages estivaux. Il y a surtout l’alios, qui résiste à l’humidité et participe à noyer les surfaces. A l’inverse de nombre de commentateurs de l’époque, Onésime Reclus ne se laisse jamais berner par les apparences d’une terre désolée. Il est autant fait d’histoire que de géographie, et ne lit jamais l’une sans l’autre. Commentateur de son temps, il jauge les grands travaux de la modernité à l’aune de cette lumière du Sud-Ouest qui, quelques décennies plus tard, sera à son tour le guide de Roland Barthes.

Les Landes à vol d’Oiseau, Onésime Reclus, éd. Le Festin, 80 pages, 7,50 €

 

Pour les fans de polars

Beauté de l’océan, vagues magnifiques, plages immenses… La côte atlantique, d’Hossegor à Mundaka, un petit coin de paradis pour les surfeurs ? Pas si sûr… Quand la mort frappe aux abords de la plage de Tarnos, le monde du surf s’agite peu fier de certaines pratiques telles que le localisme. Aidée de son ami Laurent militant syndical passionné, Agnès, capitaine à la police judiciaire de Bayonne, se lance dans une enquête qui l’entraîne dans les coulisses de l’industrie textile, et pourrait bien écorner la belle carte postale…

Philippe Mediavilla vit à Tarnos, à deux pas de l’océan. Il a d’abord pris la plume pour son engagement de militant associatif, politique et syndical. Décidé à raconter ses propres histoires, il a choisi le polar pour chroniquer notre société, ses réalités sociales, politiques et économiques. Après Du Pin et des larmes, Retour de lame est son deuxième roman.

«L’effondrement de l’usine de textile Rana-Plazza à Dhaka au Bangladesh qui a fait des milliers de victimes m’a beaucoup marqué, raconte cet ancien plombier-gazier. Je suis très sensible aux accidents et maladies du travail notamment quand ils entrainent la mort de salariés. Il y a là une injustice totale qui m’a conduit à militer. J’ai donc, comme je l’ai fait pour la filière bois dans mon premier roman, enquêté sur la filière surf et textile qui va avec. Montrer ce que l’on cache derrière les belles images de surfeurs sur les plages de la côte basco-landaise via une intrigue policière, c’est ma façon d’ouvrir les yeux des lecteurs sur la réalité de notre société et du monde. Non pas pour gâcher ce beau sport qu’est le surf, mais au contraire pour qu’il reste ou redevienne ce qu’il était à l’origine, un sport d’évasion, de liberté, de pleine nature, de respect de l’environnement, des hommes et des femmes. Un état d’esprit qui, comme dans d’autres domaines, a été détourné voire dévoyé par la recherche permanente des profits.»

Retour de lame, Philippe Mediavilla, éd. Cairn, 240 pages, 9,50 €

 

Pour les fondus d’architecture

Au même titre que les œuvres d’art, les maisons et villas sont comme des signatures : elles témoignent d’une époque, d’un style architectural, d’un mode de vie. Certaines sont aujourd’hui de véritables monuments, d’autres le fruit de prouesses techniques et artistiques. Villas balnéaires, hôtels particuliers, maisons contemporaines, ce hors-série du Festin propose un voyage à travers les styles et les époques sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine : villas Belle Epoque du Bassin d’Arcachon, trésors Art Déco sur la côte basque, belles demeures Art Nouveau en Poitou-Charentes, maisons années 50 aux courbes modernes et colorées à Royan, architectures contemporaines aux lignes audacieuses. Les Landes ne sont pas oubliées, avec notamment trois habitations hossegoriennes incontournables : la maison Sud des Landes, la villa Rêver, peindre, chasser et la villa Martin Choan…

Ce panorama des 101 édifices remarquables des xxe et xxie siècles révèlent toute la richesse architecturale de la région, au travers de descriptions claires et détaillées rédigées par des spécialistes utilisant un vocabulaire précis mais accessible, de notes historiques pour replacer chaque réalisation dans le contexte de son époque, et de photographies nombreuses et de qualité.

101 Maisons et villas du Sud-Ouest des XXe et XXIe siècles, éd. Le Festin, 128 pages, 15 € (parution le 21 novembre)

 

Pour les amoureux de l’océan

Disparitions sans précédent d’espèces animales, catastrophes naturelles en série, conséquences dramatiques de la pollution… le traitement des sujets environnementaux est souvent anxiogène et donne une vision bien pessimiste de l’avenir. Sans nier ce constat accablant, l’écrivain capbretonnais Hugo Verlomme a choisi de voir le verre à moitié plein. Son ouvrage porte en épigraphe une citation de la navigatrice Catherine Chabaud : «s’attaquer aux solutions plutôt qu’aux problèmes», ce qui résume parfaitement les 400 pages qui suivent. Certes l’impact de l’activité humaine est souvent préjudiciable à l’environnement. Mais il y a aussi beaucoup d’hommes et de femmes qui œuvrent à leur niveau mais avec conviction pour montrer qu’une autre relation avec la nature est possible et qu’il existe de multiples solutions accessibles pour inverser la vapeur.

Comme Cyril Dion et Mélanie Laurent l’ont fait en mettant à l’honneur, dans leur film Demain, les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation, Hugo Verlomme a compilé dans son livre les initiatives de tous ceux qui œuvrent en faveur de son élément de prédilection, «notre élément originel» : l’océan. Car l’auteur l’affirme : «L’océan est notre futur, le protéger, c’est sauver l’humanité.» Et le mouvement est déjà en marche ! Armés d’une planche de surf ou d’un smartphone, à bord de voiliers low-tech ou de navires à hydrogène futuristes, ils sont des millions, connus ou inconnus, à sauver requins et baleines, dauphins ou hippocampes, à cultiver le corail ou les algues, à dialoguer avec les cachalots ou à créer des sanctuaires. Autant de lanceurs d’espoir, qui inventent des techniques et des métiers pour dépolluer l’océan, le guérir, ou capter son inépuisable énergie.

Demain l’Océan, Hugo Verlomme, éd. Albin Michel, 400 pages, 22,50 €

 

Pour les plus jeunes (qui aiment  aussi l’océan)

A moins de faire partie du club des Marsouins d’Hossegor – qui donnent rendez-vous aux amateurs de baignades vivifiantes à Noël, au jour de l’An… et tous les dimanches à 11h30 à la plage des Chênes-lièges, quelles que soient les conditions – les maillots de bain vont rester au placard pendant encore quelques mois. Mais ce n’est pas une raison pour passer à côté de ce petit livre destiné aux bibliophiles de moins de 6 ans !

Installée à Saubion, l’auteure est une maman de trois enfants qui adore partager avec eux les plaisirs de la lecture. Mais impossible pour elle de trouver un ouvrage adapté sur les joies mais aussi les dangers de l’océan dans le Sud-Ouest. Qu’à cela ne tienne, elle a décidé de l’écrire elle-même.

La chasse aux coquillages, le surf, les rouleaux de bord, les baïnes, les MNS et les châteaux de sable, tout y est ! Le tout mis en images par l’illustratrice locale Bénédicte Moret, à qui l’on doit notamment La Famille presque zéro déchet.

Publié à compte d’auteur grâce à un financement participatif, le livre est 100 % Sud-Ouest. Robuste, en reliure tissée et couverture cartonnée, il résiste parfaitement aux petites mains qui adoreront cet univers drôle, coloré mais aussi instructif.

En avant l’océan, Florence Delcloy et Bénédicte Moret, éd. Chocolatine, 24 pages, 13 €

 

Commentaires des internautes
Il n'y a pas de commentaire.
+ ajouter un commentaire

optionel, pour être averti de la publication

 
 

Boutique
18.15 € L'île d'Oléron vue d'en haut

Commander

Le produit a été ajouté au panier

Voir mon panier


Rendez-vous